EDITO

Comme disait Jean d’Ormesson

Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents, dans la mémoire des vivants.

L’année 2017 avait mal commencé pour notre secrétariat, mais surtout pour Michelle BOUGE, qui a fait peur à tout le monde. Je vous rassure elle a parfaitement récupéré tout son potentiel opérationnel et sa rapidité d’esprit.

Je ne vous parlerai pas :

Des subventions que nous attendons 8 mois après le paiement des entreprises. Ce qui met en péril la trésorerie des communes qui investissent.

Nous avons dû remettre à 2018, les travaux que nous avions prévus.

Je ne vous parlerai pas :

De la suppression de la taxe d’habitation qui va mettre nos communes sous tutelle complète de l’Etat.

Je ne vous parlerai pas :

D’une hypothétique réforme fiscale des collectivités que l’Etat nous promet depuis des décennies.

Je ne vous parlerai pas :

De l’entretien de nos routes. Dans le classement européen, nous sommes passés de la 1ière place en 2012 à la 7ième place en 2017. Rassurez-vous, la limitation de vitesse, à 80 Km/h, nous permettra d’éviter les nids de poules. Ce qui préservera nos véhicules pour qu’ils passent sans encombre le futur contrôle technique avec ces 200 nouveaux points.

Je ne vous parlerai pas :

Des prélèvements exceptionnels sur la trésorerie des agences de l’eau pour financer l’Office National de la Chasse et les Parcs Nationaux, entre autre.

La sanction est immédiate pour les gestionnaires consciencieux et sage que nous sommes, notre agence nous supprime 3200 € de prime d’assainissement sur 9800 €.

Nous assistons à la lente agonie du principe « l’eau paie l’eau ». Un dispositif vertueux est ainsi progressivement dévoyé compromettant, à terme, le maintien de la qualité du service.

Mais cette dégradation n’est pas immédiate et avant qu’on s’en rende compte : les responsables du hold-up auront fuit leurs responsabilités.

Je ne vous parlerai surtout pas :

Du transfert de la compétence Eau Assainissement aux communautés de communes, ce qui va être un énorme gâchis.

Nous allons donner, de façon détournée, aux entreprises du CAC 40, la gestion de notre bien le plus précieux, indispensable à notre vie. En langage bien-pensant des cabinets parisiens, nous appelons cela « délégation de service public » Interrogeons-nous « à qui profite ce fabuleux holdup.

Je vous parlerai de notre commune :

Je souhaite transmettre un message à tous ceux qui font la vie dans notre village, ceux qui en sont la fierté :

Les 35 associations et leurs 1525 adhérents,

Les 43 artisans, commerçants et entreprises, avec leurs 153 emplois. Dont 29 créés dans les 4 dernières années.

Les 134 emplois de services.

Les 340 lecteurs de notre bibliothèque,

Les 98 élèves de notre école de musique.

Votre dynamisme donne de l'attractivité à notre commune.

Vous créez des emplois dans notre commune. Vous respectez vos employés. Vous payez vos impôts en France. Pour toutes ces raisons, j'ai un profond respect pour vous.            

Notre village est fier de vous. Soyez fier de vous.       

Chaleureusement

Le Maire

Denis MYOTTE