Accueil

  

 Bienvenue sur le site de la commune de Bligny sur ouche. 

Au nom de toute l'équipe municipale, je vous souhaite une belle année 2016, pleine de fraternité et d'humanité.

Nous ne partageons pas tous les mêmes idées politiques,
Nous ne partageons pas tous les mêmes idées religieuses,
Mais nous pouvons en débattre.
Nous pouvons exprimer nos opinions et nos désaccords.
Nous vivons dans une démocratie. La démocratie, c'est la liberté.

L'année 2015, restera à jamais marquée par deux lâches attentats. J'espère que cette tragédie, fera naître quelque chose de bon. Dans notre pays, allumer la lumière, faire couler l’eau, sont des acquis et plus personne n’y prête attention. Nous sommes tellement habitués à vivre en pays démocratique, protégés, par les mêmes lois et les mêmes droits, que nous avons oublié la chance et le privilège de les avoir. Redécouvrons cette chance et soyons prêts à relever le défi de préserver nos valeurs démocratiques.

 Je vais paraphraser le regretté Michel DELPECH : « Dieu, mais que Marianne est jolie »

L’année 2015 restera, aussi, l’année des bouleversements territoriaux. L’année dernière, je vous avais parlé du rapprochement des Régions Bourgogne-Franche Comté. En parlant de mon épouse et de moi-même, venant de la Franche-Comté, je faisais allusion à notre intégration ou à notre conquête. Je salue l’élection de Marie Guite DUFAY, à la tête de notre nouvelle région, je suis désolé pour vous, mais, la conquête continue.

 Avec la promulgation de la loi « Notre », nous devons reconstruire et repenser nos territoires de façon différente, ce sont des défis que l’on nous impose. La création d’un nouveau Canton, d’une nouvelle Région et la fusion de notre Communauté de Commune sont des chambardements pour les citoyens, mais aussi pour les élus. Pour mémoire, je voudrais rappeler que la majorité des règles fixées par la Loi « Notre », avaient été présentées, en 2009 par Monsieur Edouard BALADUR, au Président de la République Nicolas SARKOZY, sous le titre « Il est temps de décider ».
 Dès le début 2016, nous devrons travailler sur le regroupement avec une autre Communauté de Communes, celle de Pouilly en Auxois. En faisant abstraction des égaux politiques de chacun, dans un esprit pragmatique, sans oublier que, notre seul but est le bien-être de tous nos habitants. Ce mariage est un mariage forcé, puisque le schéma de cette union a été décidé par le Préfet. La convergence des compétences exercées et dans un esprit de bon sens, les élus de nos deux Communautés ont décidé de le transformer en mariage de raison et de valider la proposition du Préfet. Notre nouvelle communauté sera composée de 47 communes et de 8900 habitants. Avant le 15 Juin 2016, le Préfet proposera un arrêté de projet pour consultation des collectivités. Au 1er Janvier 2017, ce sera l’entrée en vigueur de l’arrêté de périmètre définitif de la nouvelle Communauté de Commune. 

Je souhaite revenir sur la fermeture de la Caisse d’Epargne. Cette affaire a été menée sans négociation et sans aucune concertation. Malgré les allégations du Président du Directoire de la Banque, auprès de nos grands élus. Je n’ai eu que 2 Visites de ces collaborateurs. Une le 20 Janvier, pour me dire que la fermeture était envisagée, mais qu’en aucun cas le distribanque ne serait supprimé. Une autre, le 15 Juin pour m’annoncer la fermeture définitive, à compter du lendemain de cette visite. Je vois dans cette action, une volonté délibérée, planifiée et organisée d’affaiblir encore plus nos territoires ruraux. J’ai cherché un mot pour faire part de mon indignation, le seul qui m’est venu à l’esprit, c’est trahison. La caisse d’Epargne a trahi ses amis. Cette banque a traité ses clients et les élus avec le plus profond des mépris. Il reste 2 banques à Bligny Sur Ouche, le Crédit Agricole et la Banque Postale. Sachez qu’à la suite de cette expérience malheureuse, je m’opposerai fermement à leurs fermetures, si, elles devaient être envisagées. Je pense même que je m’y opposerai physiquement.

Ne restera-t-il aux petits élus que ce mode d’expression pour se faire entendre ?

 La loi de transition énergétique a confirmé l’interdiction de l’usage de pesticides dans les collectivités et a avancé sa date au 1er Juillet 2017. Cette interdiction va nécessiter un changement important dans les pratiques d’entretien des espaces publics. Le passage au Zéro Phytosanitaire pourrait être ressenti comme un abandon d’entretien par les habitants de notre commune. Il va falloir accepter que certaines herbes poussent dans nos coins de rues. L’arrêt des pesticides est indispensable pour notre avenir et ceux de nos enfants. Nous allons former nos agents à ces nouvelles pratiques.

 Concernant la rénovation des bâtiments de l’école de musique et de la bibliothèque, le projet a dû être modifié, notamment le lot chauffage isolation. Il fallait répondre aux prescriptions de la démarche Territoire à Energie Positive, initié par la Communauté de Commune. Ce qui nous a permis d’obtenir une subvention supplémentaire de 150 000€. Le chèque m’a été remis personnellement par Mme Ségolène ROYAL. Le démarrage des travaux est prévu début Avril.

 Nous pouvons exprimer notre gratitude envers les bénévoles de nos associations en leurs disant simplement "Merci". Le bénévolat rend heureux, conservez votre humanité et votre sens du partage, vous êtes les piliers de l'attractivité de notre territoire.

Merci aux employés municipaux qui accomplissent leurs taches très variées avec beaucoup de professionnalisme, dans un très bon état d’esprit.

 Et enfin, un grand merci à tous les membres du conseil municipal. Nos réunions sont agréables, détendues, très constructives, quelques fois dissipées, avec toujours, un très bon état d'esprit. Je souhaite à tous les Maires, d'avoir des séances de conseil municipal aussi plaisantes et agréables que les nôtres.

Je voudrais terminer, en vous citant une phrase entendue dans un film de Georges WOLINSKI « Aldo et Junior » Cette phrase était prononcée par Aldo MACCIONE, pour ceux qui s'en souviennent  « La classe ». Je vous invite à méditer sur ce petit clin d’œil politique:

« Quand il pleut dans ton lit, tu ne le déplaces pas à gauche, tu ne le déplaces pas à droite, tu répares le toit »

Chaleureusement

Le Maire

Denis MYOTTE